skip to Main Content
Nouveau Plan De Renouvellement Urbain : Un Plan à Compléter

Nouveau Plan de Renouvellement Urbain : un plan à compléter

In extremis, lors du dernier conseil communautaire, le Nouveau Plan de Renouvellement Urbain pour le Moulon et les Gibjoncs a été adopté.

Il s’adresse à un quartier où vit une population jeune et pauvre : près de la moitié des 9 630 habitants y vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Ce qui signifie que s’il faut améliorer les rues et les habitations, il est aussi fondamental de s’attacher aux services qui vont permettre de réduire les inégalités.

Le projet, c’est d’abord une vaste opération de démolition. Beaucoup d’immeubles sont vides : démolir est devenu nécessaire. Mais attention aux promesses de relogement sur site : les reconstructions seront rares (102 logements) et ne permettront pas d’accueillir les 876 familles déplacées. Ce qui signifie que des familles risquent d’être fort déçues des offres qui pourront être faites. J’ai alerté sur ce point.

Une rénovation d’équipements publics est prévue : un pôle santé, utile ; un pôle culturel ; un pôle social. L’état des équipements exige en effet une sérieuse rénovation (voir photo). Mais rien n’a été anticipé pour éviter le départ de SOS-médecins en zone franche. Et rien n’est dit sur Capnord, sinon le renvoi à de nouvelles études. Je pense que ce point est largement regrettable.

Concernant les écoles, seule la rénovation de l’école Paul Arnault est envisagée. J’ai interpelé le maire sur ce point. L’école, c’est le cœur de la lutte contre les inégalités et l’attention donnée par la collectivité à l’école est un signe pour les enfants, pour les familles, pour les enseignants. D’autres écoles auraient besoin de lourds travaux : Pressavois, Grand Meaulnes, Marcel Plaisant. Elles ont été, une nouvelle fois, oubliées.

Enfin, concernant l’accès à l’emploi de la population, la ville semble avoir baissé les bras. Alors que 40 % des 15-64 ans du quartier sont sans emploi, il n’est pas prévu de politique à la hauteur du défi : les “heures d’insertion” prévues dans le cadre des chantiers de reconstruction ne représentent que … trois emplois au cours des 10 ans à venir. C’est la raison pour laquelle, avec d’autres acteurs engagés, nous militons pour que le territoire s’intègre dans l’expérimentation “territoire zéro chômeur de longue durée”.

Une initiative qui aurait gagné à être prise plus tôt …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back To Top