skip to Main Content
Familles Et Enfants : Les Lourdeurs De L’administration En Temps De Crise

Familles et enfants : les lourdeurs de l’administration en temps de crise

On a rapidement vu que les familles allaient être en difficulté, à bien de titres. Pour les plus modestes, nourrir la famille quatre fois par jour est devenu un sacré défi. En témoignent les demandes sans cesse croissantes dans les associations de distribution alimentaire. Sans la cantine, c’est le repas complet de la journée qui saute.

A l’appel des associations de solidarité, le gouvernement a réagi, à la mi-avril en proposant une aide à tous les allocataires de minima sociaux, augmentée de 100 € par enfant. A ce moment-là, c’était une bonne nouvelle et on avait l’espoir qu’elle n’arriverait pas trop tard. Mais les délais de traitements dont tels que la somme ne sera versée que le 15 mai. Entre temps, il aura fallu se serrer la ceinture.

Il en est de même pour les bourses accordées par le conseil départemental aux collégiens. Pour les demi-pensionnaires, elles servent d’ordinaire à payer la cantine. Le département a choisi de les reverser aux familles pour les mois du confinement. A nouveau, j’applaudis la décision. Mais là encore, à la question sur j’ai posée lundi dernier au président, il m’a été répondu que les dossiers seraient traités après le déconfinement et le retour des agents. Je comprends, bien sûr. Mais est-ce vraiment ce qui était recherché pour des familles dans lesquelles, faut-il le rappeler, il n’y a pas de bas de laine ?

Quand on ajoute les difficultés d’accès à la Poste, et donc à percevoir l’argent des allocations sociales, on mesure l’immense difficulté pour les familles. Ces constats devraient amener à réfléchir sur la réactivité des dispositifs pour être mieux armés si une telle situation devait se reproduire.

Et puis l’école. Parce que je crois profondément à l’utilité de l’école, je souhaite que le retour des enfants se fasse, progressivement, peut être en alternance, mais pour tous. Je redoute cette demie-mesure laissant aux parents le choix de mettre ou ne pas mettre les enfants à l’école : que ceux qui sont réellement convaincus que cela profitera à ceux qui en ont le plus besoin lèvent la main …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back To Top