Irène Félix

Conseillère départementale du Cher, Conseillère municipale de Bourges

16/09/2018
de irenefelix
0 Commentaires

Journées du patrimoine : les musées du matériel et du train

J’ai profité des journées du patrimoine pour aller à la découverte des deux musées dépendant des écoles militaires de Bourges. Et, un peu contre tous mes préjugés, j’ai trouvé cela fort intéressant.

Ces musées disent l’histoire de France. Ils disent les choix qu’un pays, à travers les siècles, doit faire pour sa défense. Dans une ville comme Bourges, où l’on construit des armes, où l’on forme des militaires et des civils de la défense, où l’on enseigne aux ingénieurs de demain, nombreux sont ceux qui, d’une façon ou d’une autre, auront à s’interroger sur ces choix, pour eux, pour leur pays, pour l’humanité.

En vrac :
– la place des hommes et celles des matériels en temps de paix et en temps de guerre ;
– l’évolution des techniques, qui fait de ces musées de véritables musées de l’histoire de la culture scientifique et technique ;
– le débat entre l’autonomie de la défense nationale et sa dépendance aux entreprises sous-traitantes, débat qui, sous l’ancien régime, avait progressivement été tranchée au profit du « service public » ;
– l’histoire bien sûr des terrains d’engagement des forces françaises avec un propos qui mériterait cependant d’être actualisé.

Et puis, comme dans tous les musées, il y a des pièces qui nourrissent notre imaginaire : une ampoule contenant un message confié à un pigeon voyageur ; une décoration de « commandeur de l’ordre royal du million d’éléphants et du parasol blanc » du royaume du Laos, …

Ces musées vont être refondus en un seul, directement ouvert sur la ville et donc beaucoup plus aisément accessible. Je ne doute pas de la qualité de ce qui nous sera proposé.

30/08/2018
de irenefelix
0 Commentaires

De l’exercice du pouvoir

L’exercice du pouvoir est une épreuve de fond. On ne fait jamais exactement ce que l’on aurait rêvé de faire. Les contraintes sont lourdes, les imprévus permanents, les adversaires nombreux, le monde plus complexe que ne le disent les slogans. Confronté à l’insuffisance ou à l’échec, on navigue entre deux écueils : le cynisme et l’abandon.

Je crois le compromis utile : celui qui permet d’avancer en tenant compte du réel, sans perdre ses objectifs supérieurs. Celui-là a plus apporté à la société que toutes les sorties de scène fracassantes. Elles cachent souvent un renoncement.

Ce qui, au fond, empêche et le cynisme, et de claquer la porte, c’est le mandat donné. Ce sont celles et ceux qui, en votant, vous ont signifié qu’ils comptaient sur vous. C’est de qui m’a permis de conserver, pour la ville et le département, ma motivation intacte.

Hulot n’a pas été élu. Il s’est senti trop seul. Il a claqué la porte. Le risque, c’est que cela ne produise rien.

Il est pourtant vrai qu’il serait de l’intérêt de tous que la transition énergétique et écologique soit enfin conduite. Au nom de l’environnement, évidemment et – pour ceux que ce premier argument ne suffirait pas à convaincre -, au nom de la facture collective qui nous pend au nez.

C’est vrai aussi à Bourges.