Irène Félix

Conseillère départementale du Cher, Conseillère municipale de Bourges

Félicitations à François Bonneau

| 2 commentaires

Ces élections régionales se terminent, dans le Centre Val-de-Loire, par la victoire de notre ami François Bonneau. En France, elle se terminent par la plus belle victoire qui soit : celle de toutes les listes des partis républicains face aux listes d’extrême-droite.

Je retiens deux ou trois choses.

D’abord, la victoire locale : je suis très heureuse de la réélection de mes amis Philippe Fournié, Agnès Sinsoulier et Serge Méchin. Ce succès vient de loin, on a beaucoup serré les coudes, en interne, en externe, on a beaucoup, beaucoup fait campagne. Bravo. Je suis aussi très heureuse de l’élection de Michelle Rivet, représentante pour le Cher d’EELV, une femme d’engagements que j’apprécie. Et si un mauvais contr’ordre ne vient pas faire douche froide au cours de la nuit, mon vieil ami et complice, Joël Crotté est aussi élu. J’en suis vraiment, vraiment ravie. Salut à Joëlle Mathieu, qui n’est pas réélue. Elle a courageusement assuré au cours de son mandat une forte présence sur le terrain, en milieu hostile.

Il faut cependant garder la tête froide : on a gagné, oui, mais avec 35,43 % pour le total régional, 36,66 % pour le total du Cher (où le FN vire en deuxième position, devant la droite). On est loin, très loin, des majorités absolues qui étaient hier notre objectif. Même si les scores à Bourge,  comme dans les villes de la région, sont nettement meilleurs, 44,9 %, permettez cette lapalissade, cela ne fait pas 50 %. Oui, nous entendons cette colère et cette forme de désespoir d’une part de l’électorat qui rêve d’un monde « comme avant ». Mais nous ne pouvons pas promettre que le monde restera « comme avant ». Nous pouvons en revanche sans doute aider les gens à affronter cet autre monde, en accompagnant, en protégeant, en partageant avec bienveillance un bout de chemin. De toutes façons, on ne peut pas en rester là : la montée du FN ne s’arrêtera pas toute seule.

Un mot enfin sur les résultats nationaux : la gauche conserve la Bretagne, L’Aquitaine élargie, Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, la Bourgogne-Franche Comté et la région Centre-Val de Loire. C’est bien plus que ce qu’on nous annonçait il y a encore peu. Mais le plus important n’est pas là : le plus important, c’est que le FN ne gagne pas de région, grâce notamment au choix fait par le PS en Nord-Pas de Calais Picardie et en PACA. Les leaders de droite de ces deux régions ont su le reconnaître. J’espère que la droite, aussi, en tirera enfin les conséquences, mieux qu’elle ne l’avait fait en 2002 quand toute la gauche, comme un seul homme, avait voté Chirac. Puisse-t-elle cesser la course à l’échalote avec le FN qu’elle alimente plus qu’elle ne le combat.

Mais voilà : cela ne résout pas l’équation quasi impossible dans laquelle la gauche, et singulièrement le PS, se trouve pour la présidentielle. Comment être présent au deuxième tour ? Car aux présidentielles, seuls les deux premiers sont qualifiés. Nous avons à peine plus d’un an pour cela.

2 Commentaires

  1. Tout va très bien, Madame la Marquise
    Tout va très bien, Tout va très bien !

  2. Non, tout ne va pas très bien, loin de là et je ne pense pas que mon message puisse honnêtement laisser cette impression.
    Et vous qui commentez, que proposez-vous ?

Laisser un commentaire

Champs Requis *.