Irène Félix

Conseillère départementale du Cher, Conseillère municipale de Bourges

Conseil communautaire

| 4 commentaires

Trois mots sur le conseil communautaire.

Construire une vraie agglo est toujours assez laborieux mais les lignes bougent un peu. Ce soir, il semblait que l’on pouvait envisager que l’agglomération prenne en charge des équipements dits « structurants » (en théorie, les gros équipements du type Palais des sports ou Conservatoire) mais seulement si ce sont de nouveaux équipements décidés ensemble avec toutes les communes de l’agglo (donc justement pas les deux exemples cités !). Qu’à cela ne tienne : j’ai donc à nouveau proposé que la Maison de la Culture soit prise en charge par l’agglo. Quel que soit le choix fait, on peut bien la considérer comme un nouvel équipement. Et avec elle un certain nombre de compétences culturelles : je suis convaincue que cela aurait du sens.

Deuxième débat : le rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Le document technique paraît parfois asséner des évidences mais il me semble bon que ces évidences soient rappelées. On constate par exemple que, même si le statut de la fonction publique est en apparence garant de l’égalité de traitement, la réalité est autre. Certaines filières sont mieux rémunérées que d’autres (ce qu’on appelle dans la fonction publique le régime indemnitaire, est meilleur) et ces filières sont les plus masculines. Cela interroge à la fois sur l’orientation des jeunes garçons et filles dans des métiers différents mais aussi sur la reconnaissance professionnelle de certaines filières où se concentrent aujourd’hui les femmes. Du boulot à faire. C’est une avancée de la loi que d’imposer un tel rapport qui traite aussi des inégalités dans la cité (emploi, transports, situation familiale, …). Cela oblige à réfléchir et c’est bien. Après, il faut agir !

Troisième débat : la préparation du budget 2016 de l’agglomération. Un flou artistique concernant la comptabilisation des frais de personnel entre Bourges et l’agglomération. Des choix pas très opportuns qui privent l’agglomération d’une dotation complémentaire de l’Etat. Un débat sur le niveau de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères qui, aujourd’hui, paie plus que l’enlèvement et le traitement des poubelles. Il ne faudrait pas que cela devienne une habitude de faire abonder par cette taxe le budget général : il y a des façons plus justes de répartir l’impôt. Un autre débat sur la stratégie en matière d’assainissement avec une reconstruction de la station d’épuration qui augmente assez considérablement le tarif de l’eau et un amortissement envisagé sur 60 ans qui ne paraît réaliste : ce serait faire payer à nos enfants et petits-enfants un équipement qui a de forts risques de ne plus être opérationnel à ce moment-là.
Débats à suivre.

4 Commentaires

  1. vrai question que celle du budget et de la répartition des charges de personnel entre la ville et l’agglo, ça semble flou tout ça… et si c’est flou… il peut y avoir un loup…

    en tant qu’habitant d’une commune voisine, je ne suis pas d’accord pour payer une maison de la culture dont les élus municipaux de ma commune n’ont en aucun participer à définir le cahier des charges, la somme à mettre, ni même défini dans quel projet culturel d’ensemble cela s’insérait… est-ce que cette maison de la culture ne pourrait pas servir à l’enseignement artistique de l’ensemble des élèves, voir collèges de l’agglomération ?

  2. Il y a possibilité de transférer la maison de la culture. Il y a aussi, ce que je privilégie, la possibilité de transférer une plus grande part de la politique culturelle. Par exemple, le conservatoire de musique et de danse ce qui résoudrait le problème des écarts de tarifs entre les habitants de Bourges et de ceux de l’agglo.
    Je comprends ce souci de ne participer qu’à des choses décidées ensemble. Mais ce n’est en fait pas réaliste. Aujourd’hui, Bourges PLus gère l’eau pour tout le monde, quel que soit l’état de départ des canalisations dans chacune des communes. Bourges PLus a pris la compétence enseignement supérieur et s’occupe de l’IMEP (Institut Communautaire de Formation Permanente) sans en avoir été à l’initiative. Je pense donc que votre argument ne peut rester qu’assez symbolique. Comme je le disais récemment en conseil communautaire, on ne va pas reconstruire un nouveau palais des sports pour que les communes de l’agglo aient le plaisir d’en avoir décidé elles-mêmes.

  3. Réaliste ou pas, le principe n’est démocratiquement et moralement pas satisfaisant.

    Personne n’a obligé la ville de Bourges à réaliser tout ces équipements en moins de dix ans. Et surtout, personne n’a obligé la ville de Bourges a géré aussi mal ces dossiers…

    C’est un peu facile d’arriver et de dire prenez cet équipement sinon on met la clé sous la porte. Mettre le couteau sous la gorge aux autres communes et en plus leur reprocher de ne pas être solidaire, je trouve ça fort de café.

    Pourquoi la ville de Bourges s’est lancé en même temps dans le PRU, le palais des sports, la maison de la culture, la rénovation de la halle au blé, la rénovation de la piscine ??? C’est ce cumul de projet en même temps qui met la ville dans la panade.

    Et encore plus, c’est la démesure de certains projets et leur mauvaise gestion qui met la ville dans la panade.

    Vous vous payez une BMW, une AUDI, une Mercedes puis vous allez pleurez à votre frangin qui roule en clio et sa femme en 206 que vous avez plus d’argent pour payer l’essence et l’assurance. Vous n’aviez qu’à acheter une clio ou une 206, comme tout le monde !!!!!!

    Si la ville de Bourges fait amende honorable, dit, oui on a fait des erreurs, en particulier on a été trop fier pour accepter que nous n’étions pas capable de porter ces équipements seuls, alors je serais le premier à dire à mon maire, c’est normal de les aider, mais la vous reconnaissez aucune erreur et vous reprochez aussi vos propres inconséquences en leur demandant de payer !

  4. Ce n’est pas tout à fait cela Francis. Ne mettez pas tous les Berruyers dans le même sac. Je suis la première à critiquer la gestion qui a été faite à Bourges au cours des dernières années et à avoir émis les plus grands doutes sur la pertinence des choix d’équipements. Vous ne pouvez donc pas utiliser un « vous » générique pour commenter ma position.
    Et du coup, je pense que nous disons des choses assez peu différentes : oui, clairement, si les élus de Bourges (équipe actuelle et équipe précédente c’est à dire en gros la même chose) avaient été à la fois plus lucides et plus avisés, s’ils avaient su convaincre les habitants des communes voisines de la nécessité de bâtir un projet commune, les choix auraient peut-être été autres et l’avenir de notre territoire commun moins fragile.
    Mais il faut cependant avancer : c’est ce qui me fait pousser cette idée de donner un véritable rôle moteur à l’agglo : nous en avons tous besoin.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.