Irène Félix

Conseillère départementale du Cher, Conseillère municipale de Bourges

Budget du conseil départemental

| 0 Commentaires

Un président qui présente son budget vous expliquera toujours combien sa politique est vertueuse et comme elle prépare l’avenir. Comme elle est infiniment meilleure que celle de ceux qui l’ont précédé. C’est ce que nous a servi le président du conseil général.

Mais sa politique, nous, nous inquiète. Elle manque singulièrement de lucidité sur les rapports de force nécessaires entre les collectivités et l’Etat. A vouloir être plus vertueux que le roi – parfois en habillant les chiffres – elle a eu pour principal effet de nous priver d’un certain nombre de ressources. L’aide exceptionnelle aux départements en difficulté, d’une part. Les budgets prévus par l’Etat en faveur des aînés, d’autre part.

Je m’arrête un instant sur ce second point : la loi pour l’adaptation de la société au vieillissement, votée en décembre 2015, prévoit d’améliorer l’accompagnement des personnes âgées à domicile, avec des plans d’aide plus importants, une meilleure rémunération des intervenants et une plus faible contribution financière de la part des personnes âgées. Elle prévoit en outre des moyens pour permettre de soulager les aidants naturels (famille, proches). Les ressources nécessaires pour cette prise en charge sont totalement compensées par l’Etat. Pour le Cher, ce sont 2,7 millions d’euros qui étaient disponibles en 2017 et autant en 2018.

Sauf que le département a choisi ce moment pour revoir tous les plans d’aide et souvent, en réduire le montant. Ce n’est pas un plan conduisant à plus de dépenses mais à moins de dépenses que le département a orchestré. L’Etat n’a donc pas versé les sommes qui devaient être dévolues à une amélioration du service qui n’a pas eu lieu. Assez logiquement, il a même demandé au département de rembourser le trop perçu des avances qu’il lui avait faites. Au total, ce sont 5,8 millions d’euros que le département a perdu en deux ans. Ce qui est désolant c’est que je n’ai cessé, au cours de ces deux années, d’alerter sur ce point.

Alors, vertu ou vice que d’avoir voulu à tout prix réduire la voilure ? Vertu ou vice que de priver les aînés du Cher de service, le tissu local d’emploi et le département de ressources ?

Parfois, l’idéologie est mauvaise conseillère. Et mauvaise gestionnaire.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.