Irène Félix

Conseillère départementale du Cher, Conseillère municipale de Bourges

07/12/2017
de irenefelix
0 Commentaires

Bailleurs sociaux, urbanisme, maison de la culture et université au menu du conseil municipal

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu un conseil municipal aussi dense. Je me limite à quelques brèves sur les principaux dossiers.

Nous nous sommes abstenus sur le projet de fusion absorption de Bourges Habitat par l’Office Public de l’Habitat du Cher. Au cours de ce mandat, Jacques Cœur Habitat et Bourges Habitat, les deux bailleur sociaux locaux, tous deux menacés de faillite, auront disparus. Ce qui souligne dans quelle misère les précédents mandats avaient laissé ces organismes. Au total, la ville perd tout outil pour mener une politique sociale du logement. Et cela lui coûte cher : 10 millions d’euros « judicieusement » étalés pour peser sur le prochain mandat ! Pour un résultat qu’on espère bon mais qu’on redoute incertain.

Une partie des marchés de travaux pour la maison de la culture ont été déclarés infructueux et sont relancés. Nous avons cherché à savoir à quel montant s’élèvent les lots qui n’ont pas été déclarés infructueux. Pas de réponse, ils n’ont pas non plus été attribués ! Manifestement un couac lors de la commission d’appel d’offre oblige à délibérer à nouveau. Ce qui ne manque pas de soulever quelques sérieuses interrogations.

Long débat sur la revitalisation du commerce et de l’artisanat en ville. On nous propose un projet intéressant … à ceci près qu’il aurait mérité d’être conduit il y cinq voire dix ans. Il y a le feu. Et dans le même temps, il nous est proposé une évolution du Plan Local d’Urbanisme qui ouvre la porte à des implantations commerciales (très encadrées, certes, mais jusqu’à quand ?) vers la sortie de l’autoroute. C’est enfin le lancement de l’aménagement des Breuzes (entre le chemin de Villeneuve et la route de la Chapelle) en lotissement, projet sur lequel nous nous sommes aussi abstenus. L’effort fait pour réutiliser en priorité les espaces qui ont déjà été construits ne nous semble pas suffisant.

J’ai, au passage, poussé un coup de gueule contre un permis de construire accordé rue de Babylone et sur des constructions dans les marais.

Fin du conseil avec un vœu unanime en faveur de l’enseignement supérieur et contre la fermeture des licences professionnelles à l’IUT. Ce dossier a été ajouté, à ma demande, à l’ordre du jour du conseil. Il faut maintenir la pression sur l’université et sur le ministère.

05/12/2017
de irenefelix
0 Commentaires

Télémédecine

J’ai participé à un forum sur la télémédecine organisé à Bourges par l’Agence Régionale de Santé. J’ai pu échanger assez longuement avec les professionnels en charge du déploiement de la plateforme dans la région et dans le Cher et balayer l’ensemble des usages en cours dans notre département, dans les EHPAD, dans les maisons pluridisciplinaires de santé et aux Centres Hospitaliers Jacques Coeur et George Sand. Il s’agit aujourd’hui essentiellement de télé-expertise c’est à dire d’avis sollicités à distance et encore assez peu de télé-consultation (quand le patient, souvent assisté d’un personnel para-médical, est en consultation par visio-conférence avec un médecin).

L’ARS semble vouloir privilégier la mobilisation du réseau de proximité (à l’échelle départementale ou régionale) pour que la télémédecine apporte un service aux patients comme aux professionnels en valorisant les compétences locales. Cette stratégie a aussi pour objectif d’éviter que cette innovation technologique ne vienne à moyen ou long terme accentuer la désertification médicale.

Comme toujours, il est difficile de prévoir précisément l’ensemble des effets de ces évolutions. Mais une chose est sûre : on y va.